Les conquêtes islamiques

22 août, 2009

le wahabisme = terrorisme

Classé sous Non classé — marocbladi @ 1:05

wahhabitesatan.gif

La religion et secte wahabite est née de Mohammad ibn Abdol Wahab Nadjdi (fin du 12 ème siècle et début du 13 ème siècle de l’hégire lunaire). On l’attribue au colonialisme anglais. Selon le wahabisme, les différentes tendances de l’Islam,sunnites et chi’ites sont toutes polythéiste, hérétiques et idolâtres. Pour cette secte, respecter le tombeau du Prophète et des imams, c’est comme une hérésie et une sorte d’idolatrie. Aussi, les wahabites qui ont la mainmise sur la richesse.

Image de prévisualisation YouTube

secte wahabite ( pseudo-salafi)

http://www.dailymotion.com/video/x5rpin

QUI SONT LES WAHHABITES ?

Les wahhabites constituent l’un des groupes qui ont dévié de la tradition prophétique, et par là-même, de l’ensemble des musulmans. En définitive, ce groupe qui se nourrit d’ignorance dans la croyance, d’extrémisme dans le dogme et de violence dans l’action, ne réussit à diffuser sa propagande que grâce aux richesses des pétrodollars. Ces richesses qui coulent à flots dans les circuits financiers internationaux se transforment peu à peu en propagande intolérante et en actions violentes. Les wahhabites de nos jours se réfèrent aux actions de leurs prédécesseurs, c’est-à-dire à leurs guerres, à leurs massacres, à leurs pillages, etc. Nous nous retrouvons donc face à des groupes portant plusieurs noms :

* Al-Hijrah wa t-Takfir (l’émigration et l’excommunication) essentiellement implanté en Egypte et en Algérie. Une de leur variante principale en Algérie se fait appeler « Les Afghans ».

* Une des composantes du Front Islamique du Salut (F.I.S.) algérien, dont le chef est ^Aliy Belhaj.

* Al-Jama^atou l-’Islamiyyah (Les Groupements Islamiques) dont le chef est ^Oumar ^Abdou r-Rahman, égyptien, résident actuellement aux Etats Unis, et accusé de commanditer des attentats.

* An-Najouna mina n-Nar (soi-disant : les seuls qui seront sauvés de l’enfer) ces deux derniers groupes existent essentiellement en Egypte.

* Les gardes du présumé Al-Mahdiy qui ont pris en otage la Mosquée sainte de la Mecque et tous les fidèles qui s’y trouvaient en 1980. Leur chef était Al-Jouhayman, saoudien du Najd, wahhabite de dogme comme ses partisans. Leurs guides spirituels étaient les références des wahhabites les plus renommées de nos jours, à savoir : Nasir Al-Albaniy et ^Abdou l-^Aziz bin Baz.

* Il existe de nombreux groupes et partis politiques islamistes qui ne prèchent pas de propagande violente mais ils considèrent cependant les wahhabites comme des références théologiques, ce qui cause souvent des schismes au sein de ces groupes, car tôt ou tard leurs partisans adhèrent à l’extrémisme du dogme wahhabite.

Musulman mon frère, préserve-toi des wahhabites et cela en apprenant à les reconnaître. Sache, musulman mon frère, que les pricipaux points qui fondent le dogme wahhabite sont au nombre de quatre :

1- Le premier point qui fonde le dogme wahhabite, c’est le Tachbih, c’est-à-dire l’assimilation de Allah à Ses créatures (l’anthropomorphisme). Les wahhabites posent comme règle fondamentale qu’il faut prendre au premier sens, dans les textes sacrés, toutes les expressions équivoques au sujet du Créateur, alors que ces expressions ont pour but d’exprimer la majesté, la puissance, la miséricorde, l’agrément ou d’autres attributs dignes de la divinité. Ainsi, ils en sont venus à dire que le Créateur serait un corps assis sur le Trône, ayant des mains du côté droit, qu’Il se déplacerait, s’étonnerait, rirait, qu’Il aurait un pied qu’Il mettrait dans l’enfer. D’autre part, ils considèrent mécréant celui qui suit l’exemple des plus grands savants de l’Islam en prenant ces expressions pour des textes équivoques dont le véritable sens est différent du apparent. En d’autres termes, Yad ne veut pas dire main s’agissant de Allah mais puissance, soutien, préservation, engagement ou d’autres sens du même genre, selon le contexte. ^Ayn ne veut pas dire œil mais protection, préservation et grâce particulière ou d’autres sens du même genre selon le contexte. Idem pour les expressions comme ‘Istawa, Yanzilou, Wajh, Yad-hakou, Saq, Ja‘a, etc… ‘Istawa ne veut pas dire s’asseoir ou se redresser s’agissant de Allah mais signifie la manifestation de la domination absolue de Allah par la puissance comme le confirment les Imams unanimement reconnus Abou Hamid Al-Ghazaliyy, Ibnou l-Jawziy, Ibnou ^Atiyyah, Al-’Amidiyy, Az-Zabidiyy et bien d’autres encore. Yanzilou désigne la descente d’un ange jusqu’au premier ciel par ordre de Allah. Il ne s’agit pas d’un déplacement de Allah mais d’une descente d’une expression de la Miséricorde divine comme l’explique entre autres l’Imam Malik. Le Wajh de Allah ne signifie pas la face ou le visage de Allah mais Sa souveraineté comme le précise Al-Boukhariyy dans son Sahih ; Al-wajh peut encore signifier la Qiblah agréée par Allah dans d’autre contexte, c’est-à-dire la direction dans la prière, comme l’affirme Moujahid Ibnou Jabr le disciple de Ibnou ^Abbas. Yad-hakou est une expression de la Miséricorde de Allah comme l’affirme Al-Boukhariyy et ce n’est certainement pas dans le sens du rire ou du sourire. Saq est la manifestation d’une grande horreur et d’une terrible difficulté au Jour du jugement dernier comme l’affirme Ibnou ^Abbas et ne signifie certainement pas le soi-disant pied de Dieu, que Allah nous préserve de la mécréance. Ja‘a Rabbouka ne veut pas dire que Ton seigneur est venu mais que c’est une expression de la puissance de Ton Seigneur qui se manifestera, c’est-à-dire au Jour dernier ; et c’est l’Imam Ahmad Ibnou Hambal qui a confirmé cette interprétation.

 

Les ^Oulama que nous prenons comme références pour confirmer ces explications sont, entre autres : Ibnou ^Abbas, les Imams : Abou Hanifah, Malik, Ach-Chafi^iy, Ahmad, Al-Boukhariy, Abou Hamid Al-Ghazaliy, Al-Qadi ^Iyad, An-Nawawiy رضي الله عنهم  etc… ; ce qui revient à dire que tous ces grands savants sont des mécréants selon la doctrine wahhabite.

 

2- Le deuxième point qui fonde la doctrine des wahhabites c’est le rejet pur et simple de toute forme de tawassoul, c’est-à-dire le fait d’invoqueer le Créateur par la demande d’intercession des prophètes et des saints. A partir de ce rejet, ils considèrent les prophètes comme des cadavres et des amas d’ossements dans leurs tombes sans aucune valeur. C’est aussi à partir de là qu’ils interdisent une bonne partie des choses que l’ensemble des musulmans pratique et qu’ils considèrent tous les musulmans mécréants dans leur ensemble.

 

3- Le troisième point qui fonde leur dogme c’est le rejet radical de toute innovation ayant un lien avec la Religion. Ainsi, ils interdisent la célébration de la naissance du Prophète r , ils interdisent de réciter le Qour’an en groupe ou de le réciter pour les morts, ils interdisent de chanter les poêmes qui glorifient le Créateur ou qui expriment notre amour pour le Prophète r . Ils rejettent aussi en bloc toute la branche soufiyy, c’est-à-dire tout le domaine de la spiritualité et de l’éducation du cœur. Pourtant, ces innovations ainsi que beaucoup d’autres, sont considérées comme étant bonnes par tous les grands savants de l’Islam depuis les premiers siècles de notre histoire, sans qu’il y ait eu de divergence entre eux. Selon la règle des wahhabites que toute innovation serait de l’égarement dans l’absolu, la réunion des sourates du Qour’an en un livre, les points et les signes des voyelles sur les lettres de l’alphabet du Qour’an, la prière de nuit de Ramadan en assemblée, l’emplacement des mihrab au devant des Mosquées pour que l’Imam y prie afin d’indiquer la direction de la Mecque, etc… toutes ces innovations seraient des péchés à rejeter selon eux.

 

4- Le quatrième point qui fonde leur dogme c’est l’abjuration des quatre écoles de jurisprudence sunnites, c’est-à-dire des quatre Madhahib : l’école Hanafiyy, l’école Malikiyy, l’école Chafi^iyy et l’école Hanbaliyy. Ils propagent chez les ignorants que chaque personne doit se forger ses propres interprétations des textes de la Chari^ah sans obéir en cela à aucun homme aussi érudit soit-il. Leurs slogans bien connus à ce sujet sont du style :

- Nous ne sommes pas appelés à suivre les hommes mais uniquement le Qour’an et la Sounnah.

- Pourquoi suivre les ^Oulama‘ ? Ils sont des hommes et nous aussi, nous sommes des hommes« .

Pourtant, Allah nous ordonne de nous conformer à l’enseignement des ^Oulama dans Sa sainte parole :

)فَاسْئَلُوا أَهْلَ الذِّكْرِ إنْ كُنْتُم لا تَعْلَمُون(

[Sourat An-Nahl / 43] qui signifie : « Demandez à ceux qui détiennent le savoir si vous ne savez pas ».

 

Nous trouvons dans le saint Qour’an d’autres versets dans le même sens ainsi que beaucoup de paroles prophétiques. Il existe aussi beaucoup de textes qui exaltent le degré des ^Oulama. D’autre , le monde dit islamique dans sa quasitotalité suit les quatre madhahib, à l’exception des sectes et des hérétiques tels que les wahhabites. Lorsqu’ils se définissent comme étant en dehors des quatre madhahib, ils se déclarent explicitement déviés de l’ensemble des musulmans ; or le Messager  le wahabisme = terrorisme S1 , en parlant du salut lors des grandes déviations a dit :

))فإذا رأيتُم الإختلافَ فعلَيْكُمْ بالسَّوادِ الأعظمِ((

ce qui signifie :  » … si vous voyez des divergences avec des polémiques, il vous incombe de vous attacher aux préceptes suivis par la grande majorité ».

 

En conclusion,
les wahhabites forment un groupe à part de par leur doctrine et leur écart avoué de l’ensemble des musulmans sunnites ; ce qui veut dire qu’il s’agit d’une hérésie.

Par la diffusion de leur doctrine, les wahhabites sont l’origine de toutes sortes de groupes qui, au nom de la légitimité de l’individu à être indépendant pour interpréter les textes, se permettent les assassinats, le terrorisme, la formation de groupes entrainés aux meurtres, aux pillages et aux viols. Ils considèrent effectivement qu’hormis eux, tout le monde est mécréant, à maltraiter et à abattre.

Voilà leur réalité, soyez donc en garde contre eux, même s’ils récitent le Qour’an en pleurant des larmes de crocodile, même si leur barbe est régulièrement qualibrée, même s’ils prétendent être les leaders d’un jihad libérateur, même s’ils occupent le devant de la scène islamique grâce aux pétrodollars et à leurs alliances politico-économiques et doctrinales. Ils sont bien plus dangereux que de simples assassins ; ils corrompent la croyance des gens et les endoctrinent avec des principes d’anarchie et de violence.

 

Un savant a dit à leur sujet :
« Celui qui connaît l’égarement des wahhabites et ne dit rien pour mettre en garde contre eux, son péché est plus grave que celui qui ne dit rien en sachant que quelqu’un se cache pour s’attaquer aux gens et les tuer ; car, lorsque ces gens seront tués, leur mort sera inscrite en tant que martyr. En revanche, celui qui laisse les gens adopter la mécréance des wahhabites et mourir en ayant leur mauvaise croyance, il les aura laissés aboutir au châtiment éternel.

Ce qui entraîne la mécréance est plus grave que ce qui mène aux grands péchés tels que l’assassinat. En effet, l’enseignement des wahhabites est celui de l’excommunication des croyants sans aucune raison légale, et c’est l’enseignement du tajsim, c’est-à-dire de l’attribution du corps à Allah ».

Ô Allah, nous Te demandons d’agréer notre travail et de nous agréer. Nous Te demandons de faire de ce site une protection ferme pour le plus grand nombre de gens contre les hérésies. Enfin, nous Te prions d’accorder les récompenses de notre travail au Prophète S1 , à sa famille, à ses compagnons, aux ^Oulama et à nos chouyoukh.

Que dit l’islam à propos du terrorisme?

Classé sous Non classé — marocbladi @ 1:00

hamas.bmp 

Que dit l’islam à propos du terrorisme?

L’islam, qui est une religion de miséricorde, ne permet pas le terrorisme.  Dans le Coran, Dieu a dit:

“Dieu ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures.  Car Dieu aime les équitables.” (Coran 60:8) 

Le prophète Mohammed interdisait aux soldats de tuer des femmes et des enfants,[1]  et il leur conseillait: “… Ne trahissez pas, ne soyez pas excessifs, ne tuez pas un nouveau-né.”[2]  Et il a aussi dit: “Quiconque a tué une personne qui avait fait un pacte (de non-agression) avec les musulmans ne sentira pas l’odeur du Paradis, même si son parfum peut être senti à une distance équivalant à quarante ans.”[3]

Le prophète Mohammed a aussi interdit de punir les gens par le feu.[4]

Une fois, il a classé le meurtre comme deuxième péché majeur[5],   et il a même averti les gens que: “Les premiers cas à être jugés entre les gens au Jour du Jugement seront les cas d’effusions de sang.[6][7]

Les musulmans sont même encouragés à être bons envers les animaux et il leur est interdit de leur faire du mal.  Une fois, le prophète Mohammed a raconté: “Une femme a été punie pour avoir emprisonné un chat jusqu’à ce qu’il meure.  À cause de cela, elle a été condamnée à l’Enfer.  Elle l’avait emprisonné sans lui donner à manger ni à boire, et sans le libérer pour qu’il puisse manger les insectes de la terre.”[8]

Il a aussi raconté qu’un homme ayant donné à boire à un chien assoiffé, Dieu lui pardonna ses péchés pour cette action.  On demanda au prophète : “Ô messager de Dieu, sommes-nous récompensés pour le bien que nous faisons aux animaux?”  Il répondit: “Pour toute créature vivante, il y a une récompense à qui leur fait du bien.”[9]

Par ailleurs, lorsque les musulmans tuent un animal pour se nourrir, ils doivent le faire de la façon qui cause le moins de frayeur et de douleur possible.  Le prophète Mohammed a dit: “Lorsque vous égorgez un animal, faites-le de la meilleure façon.  Vous devez bien aiguiser votre couteau afin de faire souffrir l’animal le moins possible.”[10]

À la lumière de ces textes et d’autres textes islamiques, le fait de provoquer la terreur dans les coeurs de civils sans défense, la destruction massive d’édifices et de propriétés, le bombardement et la mutilation d’hommes, de femmes et d’enfants innocents sont tous des actes interdits et détestables aux yeux de l’islam et des musulmans.  Les musulmans pratiquent une religion basée sur la paix, la miséricorde et le pardon, et la vaste majorité d’entre eux n’ont rien à voir avec les violents événements que certains associent aux musulmans.  Si un musulman commettait un acte de terrorisme, il serait coupable d’avoir violé les lois de l’islam.

Foot notes:

[1] Rapporté dans Sahih Mouslim, #1744, et Sahih Al-Boukhari, #3015.

[2] Rapporté dans Sahih Mouslim, #1731, et Al-Tirmizi, #1408.

[3] Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #3166, et Ibn Majah, #2686.

[4] Rapporté dans Abou-Dawood, #2675.

[5] Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #6871, et Sahih Mouslim, #88.

[6] Cela signifie tuer et blesser.

[7] Rapporté dans Sahih Mouslim, #1678, et Sahih Al-Boukhari, #6533.

[8] Rapporté dans Sahih Mouslim, #2422, et Sahih Al-Boukhari, #2365.

[9] Ce hadith de Mohammed est mentionné de façon plus détaillée sur cette pageRapporté dans Sahih Mouslim, #2244, et Sahih Al-Boukhari, #2466. 

[10] Narrated in Saheeh Muslim, #1955, and Al-Tirmizi, #1409. 

RECIT CONCERNANT LES GENS DE TA‘IF ET CE QU’ILS SUBIRENT DE LA PART DES WAHHABITES

Extrait du livre : ‘Oumara‘ou l-Baladi l-Haram.

Auteur : As-Sayyid Ahmad bin As-Sayyid Zayni Dahlan.

Maison d’édition : Ad-Darou l-Mouttahidah li n-Nachr.

Pages : 297-298.

Page 297, paragraphe 2 :

[^Abdou l-Lah] Al-Bouwayhit (un des chefs des wahhabites, espion à solde) est sorti [de Ta‘if] pour leur procurer la garantie de paix de la part de ^Outhman [Al-Madayfiyy] et de Salim bin Chakban et voilà qu’un tireur des gens de Ta‘if, sur un minaret, lui tireune balle qui a causé sa mort et son péril.

Lorsque les wahhabites apprirent la nouvelle, ils attaquèrent brusquement la muraille et ils ne rencontrèrent pas de résistance capable de les combattre et de les repousser. Un groupe d’habitants de Ta‘if avant cela avait prit la fuite mais la cavalerie les avait rejoint et les wahhabites les tuèrent ; seul un petit nombre fut épargné.

Lorsqu’ils entrèrent dans At- Ta‘if ils se livrèrent à une tuerie générale des gens, adultes et jeunes, ceux qui sont commandés comme ceux qui commandent, les notables et les gens du commun. Ils égorgèrent même le nourrisson sur la poitrine de la mère ; ils montaient dans les maisons, faisaient sortir ceux qui s’y réfugiaient et les tuaient. Ils trouvèrent un groupe qui étudiait le Qour’an et ils les tuèrent du premier au dernier. Ils massacrèrent tous ceux qui s’étaient réfugiés dans les maisons, ensuite ils allèrent vers les boutiques et les mosquées et ils tuèrent les gens qui s’y trouvaient. Ils tuèrent l’homme dans la mosquée alors qu’il était dans le roukou^ ou dans la prosternation jusqu’à l’extermination de tout ce monde ; alors malheur à eux de la part du Tout-Puissant qui détient [par Sa puissance] les cieux. Il ne resta des gens de Ta‘if (c’est-à-dire des combattants de cette ville) qu’un groupe d’un peu plus de 20 personnes. Ils se réfugièrent dans la maison des Al-Fitniyy, ils la barricadèrent et la protégèrent des tirs de balles pour qu’elles ne les atteignent pas. Il restait aussi un autre groupe à la maison de Al-Fa^r, composé de 270 combattants ; ils les combattirent toute la journée et les occupèrent par leur résistance, et ceci continua le deuxième et troisième jour.

Ibnou Chakban comprit qu’il ne pourrait les atteindre que par le complot et la ruse alors il leur envoya une lettre leur garantissant la paix et il leur dit : « Vous avez la parole de Ibnou Chakban et ^Outhman » ; ils leur prêtèrent ainsi serment et à ce moment-là, les résistants arrêtèrent le combat. Ils firent venir à eux un groupe pour récupérer les armes et leur dirent : « Les associateurs à la divinité n’ont pas le droit de porter les armes », et là ils leur demandèrent de sortir devant leur émir. Lorsque les résistants furent placés face à lui, il ordonna qu’on les tue tous et ainsi ils furent martyrs. L’endroit où ils furent tués s’appelle « Douqaqou l-lawz« . Il y avait aussi un groupe de résistants dispersé dans le quartier dit des ^Iça, composés d’environ 50 combattants ; ils étaient derrière des barricades et tiraient dans leur direction, là aussi les wahhabites réussirent à les faire sortir par des garanties de paix, de sauvegarde des âmes et de la liberté etc… mais ils les conduirent jusqu’à la vallée « wajj » et les y laissèrent dans le froid et la neige, complètement nus jusqu’à ce qu’ils leur donnent quelques pièces de tissus usées. Ils rassemblèrent dans cet état les hommes et les femmes, et ainsi les femmes pudiques habituées aux chambres protégées se trouvèrent dans une situation pitoyable. Treize jours plus tard ils leur donnèrent l’assurance qu’ils pourraient revenir en ville, et c’est seulement là que les wahhabites commencèrent à distribuer aux pauvres de petites poignées d’orge de façon humiliantes.

Chaque jour, les bédouins entraient dans la ville de Ta‘if et s’accaparaient des biens. Ils pillaient l’or et l’argent, les biens commerciaux, les biens mobiliers etc… Ils se jetaient sur les richesses comme les papillons autour du feu, et les biens dans leur campement étaient devenus comme des montagnes. Ils prirent tout sauf les livres qu’ils éparpillèrent dans les places publiques, les rues et les marchés où le vent les faisait voler. Parmi ces livres, il y avait, d’exemplaires du Qour’an, d’exemplaires de parties du Qour’an en plusieurs milliers, d’exemplaires de Al-Boukhariyy, de Mouslim et d’autres livres de hadith, de fiqh, de grammaire et d’autres sciences religieuses. Les livres restèrent ainsi dans les rues pendant des jours où ils les piétinèrent sans que personne ne put en retirer un seul papier.

Un de leurs démons leur apprit que la plus précieuse des richesses des habitants de Ta‘if était enterrée sous les maisons. Ainsi ils essayèrent de la trouver en creusant sous une cave, et ils y trouvèrent des biens d’une valeur considérable ; ceci les encouragea à creuser partout et c’est ce qu’ils firent sous toutes les maisons. Ils les démolirent de haut en bas, et ils allèrent même jusqu’à creuser dans les toilettes et les égouts.

Voilà comment cette région qui avait été remplie de joie a été complètement détruite. Ce grand malheur se produisit durant le mois de Dhou l-Qa^dah 1217.

Fin de citation.

 LE SIONISME DEMASQUE

http://www.dailymotion.com/video/xa3s1l

http://www.dailymotion.com/video/xa3tfl

http://www.dailymotion.com/video/xa3tv4

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogpornox
| Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire